Presse

Les investissements de défense : une nécessité pour notre sécurité, un levier pour la croissance

Publié le 21 avril 2016 sur LesEchos.fr

Face à la double menace, interne et externe, l’équipement de nos forces est vital pour la sécurité de la nation et la protection de nos ressortissants. Mais au-delà, les investissements de défense sont profitables à l’économie française : 1 euro investi par Balard rapporte entre 1,3 et 1,7 euro à l’économie nationale. Un levier à ne pas oublier en cette période de recherche de croissance.

Le ministère de la Défense est le premier acheteur public national. Pour équiper ses forces, il va dépenser 17 milliards d’euros en 2016 – soit 60 % de l’investissement étatique – dont 3,2 milliards sont alloués au maintien en condition opérationnelle des matériels terrestres par la SIMMT (1), des appareils aéronautiques par la SIMMAD (2) et des bâtiments de surface et sous-marins de la Marine nationale par le SSF (3).

En outre, 4 milliards d’euros sont investis dans des achats hors armement : travaux de gros oeuvre et travaux publics, réseaux et systèmes d’information, transport de personnels et de fret, restauration, mais aussi des prestations relevant du facility management : gardiennage, nettoyage, collecte et traitement des déchets… Au global, la stratégie d’achat du Ministère s’articule autour d’une vingtaine de segments différents, gérés par des filières dont l’activité s’est significativement spécialisée et professionnalisée ces 10 dernières années.

 

Un effet d’entraînement

En cette période de crise budgétaire, ces investissements de défense sont soumis à de fortes contraintes. Le budget du ministère de la Défense a trop souvent servi de variable d’ajustement des comptes de la nation. Et pourtant, les investissements de la défense constituent en réalité un levier de croissance qui mérite d’être davantage mis en lumière : leur coefficient multiplicateur sur le PIB est de 1,27 à court terme et de 1,68 à long terme, selon les chiffres consolidés de l’Institut des Hautes Études de défense nationale.

En effet, les achats publics en matière de défense favorisent l’innovation technologique et impactent directement la productivité du secteur privé, et notamment celle des 47 000 entreprises de la base industrielle et technologique de défense (BITD) – soit 300 000 emplois concernés au total. Une base qui ne demande d’ailleurs qu’à grandir, au regard du potentiel des nombreuses start-ups, PME et ETI innovantes, notamment réunies au sein du Comité Richelieu.

 

Budget plancher et seuil critique

À l’heure où nos militaires sont mobilisés via l’opération Sentinelle, destinée à faire face à la menace terroriste et à protéger les points sensibles du pays, à l’heure où les femmes et les hommes des forces françaises sont engagés dans de nombreuses opérations extérieures, notre outil de défense est plus que jamais sous pression. Sous haute tension, même.

Les matériels sont surutilisés et les services de soutien doivent rivaliser d’ingéniosité pour garantir les taux de disponibilité. Il est souhaitable que la réactualisation des ressources prévues par la Loi de Programmation militaire soit poursuivie a minima dans les cinq années qui viennent.

Certains diront que ces efforts sont nécessaires. Ils sont en réalité indispensables, pour notre sécurité comme pour notre industrie de défense.

(1) SIMMT : Structure intégrée de maintenance des matériels terrestres.
(2) SIMMAD : structure intégrée du maintien en condition opérationnelle des matériels aéronautiques du ministère la Défense.
(3) SSF : Service de soutien de la flotte.


Suivez-moi

linkedin

Michel Grall
Conseil en stratégie pour entreprise, ancien parlementaire
Paris Area, France | Management Consulting
Résumé

Michel GRALL a un double parcours, d'une part dans le secteur privé, en tant que conseil en stratégie industrielle, d'autre part en tant que maire et parlementaire.
Il a développé un fort savoir faire sur les questions de défense et sécurité, l'énergie et l'environnement.
Il connaît notamment bien les opérations d'externalisation et les partenariats public-privé.


Contactez-moi